Voyager, le moyen de voir plus loin que le bout de son nez !

Pour mon tout premier article, j’ai décidé de m’attaquer à quelque chose qui me tient à cœur et qui fait partie de ma vie depuis plus tendre enfance : les voyages.

 

Si pour certains, voyages riment avec vacances et bien être, pour d’autres comme moi, cela rime avec opportunités, découverte d’un nouveau monde, départ pour une nouvelle vie. Chaque pays que j’ai visité m’a hypnotisée, donné envie d’y rester, de trouver un job et d’évoluer au sein de celui-ci. Le fait de m’imprégner d’une nouvelle culture est quelque chose qui m’attire quand je dois choisir ma prochaine destination.

 

Est-ce parce que j’ai passé une enfance hors du commun en Argentine ? Oui. En voyageant, en vivant ailleurs que dans son pays natal, nous nous ouvrons plus au monde extérieur, nous sommes plus indulgents, plus curieux et solidaires.

 

J’ai toujours pensé qu’une personne ayant vécu toute sa vie dans un même pays, avait peu l’envie de découvrir un autre monde, peut-être car elles se sentent déjà complètes, sans le besoin d’aller découvrir le bout du monde. Mais est-on forcément heureux lorsque l’on ne voyage pas ? Personnellement, je vous donne ma réponse : non. Nous ne pouvons être heureux sans voyager. S’enraciner dans un seul et même endroit est tout simplement se renfermer et ignorer les quelques merveilles que le monde peut nous offrir.

 

Une raison toute bête lorsque l’on ne voyage pas est la suivante : nous ne découvrons même pas une autre langue que celle que l’on parle depuis notre plus tendre enfance. Il est bien connu que les français ne manient pas l’anglais de la plus gracieuse des façons. Trop souvent, nous sommes moqués dans les films ou dans la vie réelle pour ce magnifique accent « Ze cat iz in ze kitchène » (The cat is in the kitchen). Si pour certains ceci fait preuve de beaucoup de charme vis-à-vis des touristes, pour d’autre cela est vu comme un handicap.

 

Personnellement voyager m’a permis non seulement de parler plus d’une langue, mais aussi de m’intéresser à autre chose qu’à mon petit monde, à mon nombril. Voyager c’est découvrir des personnes qui n’ont pas la même vision de la vie que nous. Des personnes beaucoup plus simples, qui ont dix fois moins que nous et qui pourtant, se portent à merveille et nous donnent de belles leçons de vie.

 

Un exemple qui me frappera toujours : je me retrouve comme chaque année en Argentine, dans le Nord-Ouest, au pied de la Cordillère des Andes. Je travaille dans un magnifique hôtel, caché dans les montagnes, dans les hauteurs d’un magnifique village regorgeant de charme salteñe (de Salta, la région). Dans ce village, Internet ne passe à peine et les villageois n’ont pas d’iPhone 5, 6, 6s, 8, 493s version gold. Ils ont le strict minimum en termes de moyen de communication et selon moi, ils ont tout compris. Certes, ils n’ont pas forcément les mêmes moyens que nous, mais eux savent bien plus de la nature, de ce que disent les montagnes, les fleurs au petit matin ou bien pourquoi les perroquets migrent vers le Sud en cette matinée froide mais ensoleillée. Ils sont bien plus proches de la nature que nous tous.

 

Les pays développés ont tendance à élever des « enfants gâtés ». A l’heure où la technologie ne cesse d’innover et de s'imposer dans nos vies quotidiennes, d’autres pays restent dans leur époque, dans leur simplicité et le bonheur est là. Le bonheur c’est de se balader à cheval, au milieu de nulle part, à respirer l’air frais et non pollué de nos pays à nous, à vivre loin de ce qui nous emprisonne psychologiquement : Internet, les réseaux sociaux, les smartphones.

 

 

Alors oui, voyager est le moyen de se rendre compte que le bonheur n’est pas d’avoir un portable dernier cri, ou d’avoir un boulot qui rapporte des millions par an. Certes, l’argent contribue au bonheur mais avec modération. Le véritable bonheur est de se sentir libre et de découvrir chaque année un nouveau pays, un qui nous fera réfléchir encore plus à chaque retour de destination.

 

Un voyage qui nous donnera envie, dès l’avion posé, de choisir sa prochaine destination.  

Écrire commentaire

Commentaires: 0